Historique du Collège

  • PDF
  • Imprimer
  • Envoyer

En 1937, Monseigneur Henri Lamiroy, qui a donné son prénom à l'école, a le désir de fonder une école professionnelle libre à Mouscron.
Une école où l'on apprend un métier !
La plaque commémorative située sous le porche de l'avenue Royale rappelle les débuts de l'école.
Les principaux partenaires du projet sont Mgr Lamiroy, évêque de Bruges, Mr Albert Carette, industriel à Mouscron et directeur des établissements Motte et Cie et enfin Mr Jean Versele principal du Collège St-Joseph. 

L'évéché nomme Mr l'Abbé Oscar Verkinderen à la direction du nouvel établissement.

Plaque commémorative Tir à l'arc Abbé Verkinderen

Pour construire l'école, Mr Six consent à vendre son terrain, une prairie qui entoure l'ancienne maison communale où est installée la perche pour le tir à l'arc.

Les débuts sont difficiles. Suite à une grève dans le secteur du bâtiment, les ateliers ne sont pas prêts pour la rentrée !
Mais l'Ecole Professionnelle Libre de Courtrai prête ses locaux et chaque jour les élèves partent en excursion en autobus.
Notre première rentrée s'annonce heureuse. 82 élèves sont inscrits en première, 1 (!) en deuxième et 56 aux cours du soir.



Dès juin 1937, les grands ateliers sont construits et accueillent les 4 sections suivantes: la mécanique, le bois, l'électricité et le tissage.

La forge L'atelier de mécanique L'atelier bois L'atelier de tissage

En 1939, devant le nombre croissant d'élèves, l'Abbé Verkinderen fait construire le bâtiment situé en face des ateliers, bâtiment dans lequel il installe les classes.

Bâtiments en 1939

L'abbé Adrien de Jaegere qui lui succède se trouve confronté aux mêmes problèmes, l'exiguïté des locaux et le manque de place.
Abbé de Jaegere

En 1965, il décide la construction de bureaux administratifs et de l'auditorium. Achevé en 1968, ce bâtiment moderne rend désormais la cour de récréation invisible de l'avenue Royale.
Par sa volonté d'ouverture à d'autres horizons professionnels, l'abbé de Jaegere insiste sur l'ouverture de nouvelles sections :
en 1963 : une A4 carrosserie
en 1967 : une A3 agriculture
en 1970 : un cours de mécanique des moteurs
Il quittera l'école en juin 1972, l'évêché lui confiant les responsabilités d'inspecteur. Il est décédé en 1995.


Abbé Van Damme
En septembre 1972, l'abbé Van Damme, ancien professeur, devient directeur.
Ses préoccupations sont doubles : donner, à chaque élève, la possibilité de se découvrir en tant que citoyen belge et européen et en tant qu'homme et femme.
Soucieux de mettre en pratique ses préoccupations, il crée le conseil de direction élu par les professeurs et le conseil des élèves dans lequel chaque classe est représentée par un délégué.
Afin de répondre aux exigences techniques modernes, il inaugure en 1972, un laboratoire de langues et en juin 1973, un nouvel atelier garage ainsi que les labos moteurs hydrauliques et pneumatiques.
En 1975, les sections techniques des Dames de Marie (habillement et travaux-bureaux) et celles de St-Henri fusionnent ce qui entraîne la mixité.
En 1979, après l'instauration de l'enseignement rénové dans le secondaire, l'école connaît de larges modifications dans la structure des études proposées.
C'est également sous son directorat que l'école acquiert l'actuelle plaine de jeux (site Génitec), le parc qui sépare le bâtiment "des filles" et la cour de récréation et enfin la maison Dubois qui a servi d'internat.
L'abbé Van Damme nous quitte subitement au mois de février 1981, laissant la consternation et un grand vide derrière lui


Mr Hommez Mr Carette

Dès la rentrée de 1981, le P.O. confie la direction de l'école à différentes personnes.
Suite à l'apparition d'un 1er degré (1ère et 2ème années), Monsieur Maurice Hommez, professeur de mathématiques, se voit confier la tâche de directeur de ces deux années.
M. Joseph Carette, directeur général, s'occupe plus particulièrement des 2ème et 3ème degrés.
M. l'abbé Coene est chargé de l'internat.
M. l'abbé Christiaens devient responsable des cours de Promotion Sociale.



Mr Platevoet Mr Bonte Mr Bourgois

En 1985, Monsieur Carette est appelé à d'autres fonctions et cède la place à M. Jean-Paul Platevoet, directeur des cours du soir depuis 1983.
Il sera épaulé par M. Maurice Minnaert, directeur adjoint.
M. Pierre Bourgois prend en charge la direction de la promotion sociale.
A cette date , M. Maurice Hommez assure les responsabilités de directeur général.
Il sera épaulé au 1er degré par M. Bernard Hommé, professeur de menuiserie.
Après une longue maladie, M. Maurice Hommez décède le 1er avril 1992. M. Jean-Paul Platevoet devient directeur général.

M. Jean-Paul Lepoutre assure la direction du 1er degré jusqu'en juin 1993.
A la rentrée 1994, M. Alain Bonte assure la direction du 1er degré.

Devant le nombre toujours croissant d'élèves, des aménagements et des constructions de nouveaux locaux s'imposent.
En 1992, 4 classes-modules sont installées dans le prolongement du château Dubois pour les sections transition.

En 1996, le bâtiment GENITEC qui accueille des classes, des ateliers, des laboratoires et une salle d'éducation physique est inauguré. En 1998, un agrandissement de ce bâtiment est déjà envisagé.
A la rentrée 1999, un bâtiment est construit le long de la rue de la Paix. Il accueille les sections du CEFA et permet désormais de regrouper sur un site toutes les sections offertes par le collège.